dimanche 23 octobre 2016

Novespace : avec ICEBERG me voilà le 1er cobaye virtuel dans le vrai ZéroG

Photo de famille: Je suis 3e debout depuis la gauche. - Photo : Novespace
[Zurich, October 22, 2016, rke] - Je suis encore un peu aplati, presque comme une crêpe sur le tapis en mousse durcie de l'Airbus A310 Zéro G qui vient de remettre de gaz. Après dix paraboles délectables et libératrices comme lorsqu'une colombe s'échappe de sa cage, Thierry Gharib, directeur général de Novespace s'approche de moi et me demande : "Roland, veux-tu venir essayer notre nouveau casque virtuel ? Tu seras le 1er dans cet avion !". Oh, mais que oui ! Après mon extase céleste, je me rends dans le compartiment expérimental et c'est Jean-François Clervoy - astronaute de l'ESA et trois fois conquérant de l'espace avec des navettes américaines - qui s'occupe de moi. "Reste assis là, enfile ce casque et tourne la tête dans tous les sens". On se prépare à la prochaine parole et ça y est ! J'y suis dans l'espace. Alors que mon corps se soulève gentiment, j'aperçois au loin la Station spatiale internationale (ISS) que j'essaie d'atteindre comme un astronaute (un vrai virtuel) et en état d'apesanteur.

Au moindre coup de reins
Je sens mon corps se mouvoir tout seul au moindre coup de reins. Une sensation étrange m'envahit en observant notre beau globe terrestre bleuté comme si je planais sur la planète. Mais à peine engagé dans ce vide sidéral virtuel qui me fait penser à certains de mes rêves, voilà déjà les 22 secondes de ZéroG (les vraies) écoulées. "Ferme les yeux, à cause de la pression, on peut être mal à l'aise", me conseille Jean-François. Évidemment, Jurassien dans l'âme, j'hésite à obéir et les laisse ouverts. Mais je veux y retourner, dans l'espace !
Du coup, voilà que j'ai inauguré l'appareil et l'astronaute français prend le relai avec cette réalité virtuelle qui reproduit des images de synthèse pour faire ses premiers pas sur la Lune. La mise au point de cette plateforme a été mise au point par la société d'innovation ICEBERG et a nécessité deux ans et demi de travail.
Du coup, je suis évidemment fier d'avoir été désigné comme cobaye de cette expérience en apesanteur.

Voir l'article de l'AFP qui parle de mon aventure : cliquez ici
Jean-françois Clervoy me soulève d'un pouce. - Photo : Novespace
With ICEBERG I Am The 1st Virtual Guinea Pig In Real Zero-G

I'm still a bit flat, almost like a pancake on the cured foam carpet of the A310 Zero-G Airbus who just given gas. After ten delectable and liberating parables, when dove escapes from its cage, Thierry Gharib, CEO of Novespace asks me: "Roland, will you come try the new virtual helmet ? You will be the number 1 on that plane! ". Oh, yes! After my heavenly ecstasy, I'm going in the experimental corner and Jean-François Clervoy, ESA astronaut and three times conqueror of space with American shuttles - takes care of me. "Sit there, put that helmet on your head and turned it (my head) in every direction." Getting ready for the next parabolic phase and that's it! I'm in space. While my body rises gently, I see in the distance the International Space Station (ISS) and I am trying to achieve as an astronaut (a real virtual but in weightless). I feel my body moving alone in the slightest jerk. A strange feeling came over me watching our beautiful blue globe as if I was hovering on the planet. But hardly engaged in this virtual vacuum of space which makes me think of some of my dreams that are already 22 seconds ZeroG (true) passed. "Close your eyes, because with the pressure, it can be uncomfortable," advises Jean-François. Like a Jurassic stubborn, I do not comply and leave them open. I would love to go back into space.
So, I inaugurated this unit and French astronaut takes over with this virtual reality that reproduces synthesized images to take his first steps on the moon. The development of this platform was created by the company ICEBERG  Innovation company and took two and a half years of work.
I'm obviously proud to have been designated as a guinea pig in this experiment in weightlessness.